dimanche 3 mai 2015

"Mon sang tot" ou tard sera vengé

Si l'esprit se nourrit d'idées, le ventre lui a besoin de réel.
Un réel qu'il faut payer en cash, et c'est Monsanto qui est derrière la caisse.
Cette firme diabolique n'a que trop bien compris l'enjeu du blé pour les vivants.
Danton affirmait qu'après le pain l'instruction est le premier besoin du peuple.
En effet, si toutes les attaques d'ordre psychologique visant à déliter la société par le biais des saillies verbales de nos politiques représentent un grand danger ; celui de la maitrise des semences qui est la garantie de survie de l'humanité, reste le coup de maitre du diable.
Cette position dominante pourtant interdite par les lois anti trust américaines, n'empêche pas la position hégémonique de Monsanto, sur un marché où le paysan n'a plus aucune alternative pour la continuation de son activité.
Mais non content de profiter outrageusement de cette situation, cette ignoble firme diffuse des pesticides et herbicides notoirement cancérigènes et qui ont pour but de rendre stériles les sols à toute semences qui ne provient pas de leur stock.
La boucle est bouclée, l'anneau maudit forgé dans les entrailles du Mordor capitaliste nous condamne à un monde de supplicateurs devant ramper devant les sociétés comme Monsanto pour une survie de misère.
Bien nous prendrait de réagir à cette funeste perspective.
Un geste simple comme la constitution d'une banque collective de semences porterait un coup fatal à ce projet.
Quand à la réponse aux pesticides et herbicides, la divine providence à choisi un paysan américain qui vient de découvrir un champignon naturel pouvant remplacer de manière naturelle et sans aucun risque les produits ROUND'UP.
Ne rêvons plus et agissons pour un monde meilleur où les biens les plus sacrés comme les semences qui sont un don du tout puissant puissent revenir légitimement à leur vrais propriétaires qui sont les agriculteurs du monde entier.

"C'est par une graine venue de l'Éden que nos enfants renaitront"