lundi 4 mai 2015

Laurel et Hardy chez le psychiatre

C'est moi Laurel, c'est toi Hardy.
C'est moi le maigre, c'est toi le gros !
Il y a en effet le gros, grossier.
Et il y a le fin, finot.
Les deux sont malades mais présentent des symptômes différents.

Pour le premier c'est simple, il se revendique raciste mais son meilleur ami c'est "Momo".
L'expérience sensible suffit à expliquer son état.
Une autoradio volée, une perte d'emploi, un mariage brisé, un fils de 14 ans qui lui dit "j't'enmerde" et hop le cerveau reptilien se met en marche et se cristallise alors la rancœur contre ce qui n'est pas lui.
Le remède est assez simple et tient à peu de choses : l'accroissement du pouvoir d'achat du sujet en traitement à court terme et la rencontre d'une belle bronzée gironde avec une victoire par semaine  du PSG comme traitement de fond.
Vous trouverez notre ancien facho prêt à se déhancher avec un verre de thé à la main sur du Cheb Khaled ou zoukan frénétiquement sur "vas y Franckie c'est bon" au bras de sa belle entourée de ses frères basanés qu'il aimera sincèrement.

Le second est bien plus sournois.
Le sujet présente lui, un complexe de supériorité théorisé.
En effet ne cherchez pas dans son comportement ou dans son discours la moindre trace de franchouillardise.
C'est son affabilité et sa courtoisie, qui le placent selon lui au dessus de vous.
Il est capital pour lui d'assurer un certain standing à son racisme ; ce qui le rend je vous l'accorde assez dur à diagnostiquer.
Cependant une analyse fine des discours permet de mettre en évidence les symptômes.
C'est par exemple ce voisin qui vous dit bonjour et blague avec vous mais qui se gardera bien de vous adresser la parole si son patron viens dîner chez lui.


Prenez les phrases suivantes pour vous entraîner :

"Alors Hamed tu vas au bled cette année avec la Fatma ? hahahah"
Symptôme de beaufitude aiguë.
Diagnostique et remède assez simple, voir ordonnance plus haut, si la victoire hebdomadaire du PSG ne suffit pas, ajoutez une victoire des bleus par un but de Benzema et un penalty arrêté par Mandanda.

"Vas y nique sa race c'est un sale français"
Symptôme de dysplasie banlieusarde.
Traitement : extirper le sujet de son environnement et le transplanter dans les Vosges pendant une petite année sans accès au centre ville, à facebook ou aux soirées alcoolisées.
Convalescence : lui expliquer à l'occasion que le traitement reprendra en cas de réapparition des symptômes.

"Le petit Mamadou est toujours propre et qu'est ce qu'il est poli"
Symptôme de racismus Britanicus
Sans aucun doute le plus dangereux car le plus difficile à détecter.
Viendrait il à l'idée du sujet de dire de la petite blonde bouclée aux yeux bleus
"La petite Charlotte est toujours propre et polie"
Bien sur que non, mais dans son inconscient qu'un petit français d'origine africaine ait des parents capables de lui inculquer la politesse et la propreté relève du remarquable.
(Je rappel à toutes fins utiles qu'une hygiène correcte et un langage châtié sont des prérequis à tout enfant et même adulte dit normal...)
Autrement dit sa normalité est l’Everest que doivent gravir les inférieurs.

Traitement : par l'éducation et le savoir, lui infliger de régulières leçons de syntaxe et d'histoire.
Ne jamais le suivre même dans la plus infime critique de quelque groupe humain qu'il soit.

Ce traitement peut provoquer chez le sujet une mutation de son racisme vers celui de  type 1.
Dans ce cas vous connaissez le remède mais pensez à vous protéger des éventuels coups et crachats dus aux effets secondaires du traitement pouvant aller jusqu’à l'humiliation si besoin est.