jeudi 19 février 2015

Demo Crasse hihihi

La loi est censée être démocratiquement votée, et fort d'une majorité croyant à son action le gouvernement la soumet à la représentation du peuple dans l'hémicycle.
Mais, et oui il y à toujours un mais.
Comme  c'est une loi, d'un gouvernement de gauche jugé trop à droite par la gauche de la gauche, et qui serait votée par une partie de la droite car suffisamment à droite si proposée par des gens de gauche alors ça pose problème.
Vous n'y comprenez rien ? moi non plus.
Donc, craignant que le souffle démocratique ne pousse le radeau de la méduse dans la mauvaise direction, le premier ministre à démarré le moteur de l'arbitraire.
Il passe en force et cocufie par la même occasion les parlementaires récalcitrants.
Le procédé n'est pas noble, mais c'est pour notre bien à tous.
Avalez même si ce n'est pas bon ça va vous faire du bien.
Par ces temps troubles, les chiromanciens du gouvernement nous sauvent de nous mêmes et de nos élus.
Le deus ex machina de la politique.
C’est ce qu'on peut appeler une démocratie conditionnelle.
Mais une démocratie quand même ne chippotez pas.
C'est juste que si vous n'êtes pas d'accord avec les décisions, ils les prendront quand même pour votre bien.
Vous verrez vous direz merci plus tard.
Vox populi vox dei, c'est dépassé.
En attendant cher citoyen  vous pouvez toujours vous faire les dents sur les noyaux des cerises de monsieur Clément.